Brève encyclopédie du monde, 1, Cosmos, une ontologie matérialiste, Vers une sagesse sans morale
EAN13
9782081290365
ISBN
978-2-08-129036-5
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
DOCUMENTS, TEMO
Séries
Brève encyclopédie du monde (1)
Nombre de pages
576
Dimensions
24 x 15,4 x 4 cm
Poids
708 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

1 - Cosmos, une ontologie matérialiste

Vers une sagesse sans morale

Flammarion

Documents, Temo

Offres

Autres livres dans la même série

Qu'est-ce qui réunit la mort d'un père sous un ciel sans étoiles, un jardin d'enfance, l'enfouissement d'un spéléologue, les fragrances d'un champagne de 1921, le hérisson des tziganes, la coquille d'un mollusque, l'anguille des Sargasses, un ver parasite, le vin biodynamique, La poésie des peuples sans écriture, un masque africain, des haricots sauteurs, des acacias qui communiquent, un philosophe zoophile, des végétariens exploiteurs de poules, des porcs en batterie, des toréadors habillés en femmes, un curé athée, un matérialiste mort dune indigestion de pâté de faisan, une peinture pariétale, un alignement de pierres, une fête du soleil indienne, une église catholique, les anges et les comètes, les trous noirs, un haiku, une toile d'Arcimboldo, le Land Art, La musique répétitive, entre autres fragments d'une Brève encyclopédie du monde? Le cosmos.

Cet ouvrage, dont Michel Onfray écrit qu'il est «son premier livre», propose une philosophie personnelle de la nature. Contempler le monde, comprendre ses mystères et les leçons qu'il nous livre, ressaisir les intuitions fondatrices du temps, de La vie, de la nature, telle est L'ambition de Cosmos, qui renoue avec L'idéal païen d'une sagesse humaine en harmonie avec Le monde.

Cosmos est le premier volume d'une trilogie intitulée "Brève encyclopédie du monde". Il présente une philosophie de la nature. Il sera suivi de "Décadence", qui traitera de l'histoire, puis de "Sagesse", consacré à la question de l'éthique et du bonheur. "Trop de livres se proposent de faire l'économie du monde tout en prétendant nous le décrire. Cet oubli nihiliste du cosmos me semble plus peser que l'oubli de l'être.
S'identifier pour envoyer des commentaires.