La Nature morte ou la place des choses, L'Objet et son lieu dans l'art occidental
EAN13
9782850259845
ISBN
978-2-85025-984-5
Éditeur
Hazan
Date de publication
Collection
Beaux-Arts
Nombre de pages
340
Dimensions
31 x 27 x 0 cm
Poids
3402 g
Langue
français
Code dewey
758.4
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Nature morte ou la place des choses

L'Objet et son lieu dans l'art occidental

De

Hazan

Beaux-Arts

Indisponible
- Une nouvelle manière de voir 20 siècles de nature morte. Les enjeux liés à la place de l’objet dans la peinture occidentale de l’Antiquité aux installations de l’art contemporain.

La nature morte est habituellement étudiée en mettant l’accent sur la signification symbolique des objets, en rapport avec la tradition du memento mori. Sans nier la pertinence d’une telle approche, cet ouvrage interrroge le rôle qu’y joue le lieu où les motifs prennent place. La conception, novatrice, développée ici est que la nature morte doit être comprise dans un jeu topographique de déplacement des motifs les uns par rapport aux autres pour prendre place dans un lieu qui lui-même s’inscrit dans une confrontation implicite avec les autres lieux. On partira donc du hors lieu que constitue la dimension allégorique constitutive du genre, en tentant de retracer la manière dont la question de la localisation, c’est-à-dire la caractérisation du lieu, intervient à la Renaissance. Il faudra ensuite prendre en considération le jeu souvent subtil qui s’établit entre la localisation primitive de l’objet ou de l’être représenté : le modèle du studiolo, de l’accumulation didactique d’objets et d’êtres variés, évoquant le macrocosme que reflète le microcosme de l’œuvre. Seront envisagés en deuxième partie la nature morte et le lieu de l’homme : ses jeux d’absence et de présence, la représentation du temps, du fragment. Enfin, une troisième partie interrogera la nature morte comme lieu de l’art, enjeu d’une conception réflexive de l’art, et de son « recommencent » : des premiers trompe-l’œil au cubisme et à l’abstraction à travers l’affirmation du fond, la valorisation de la question du point de vue, l’esthétique du montage, la critique de l’objet les interrogations sur l’espace comme porteur de sens, le travail sur les limites, ceci jusque dans les installations contemporaines.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Etienne Jollet