Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués
EAN13
9782757885277
ISBN
978-2-7578-8527-7
Éditeur
Points
Date de publication
Collection
Points Policiers
Nombre de pages
576
Dimensions
17,9 x 10,9 x 2,8 cm
Poids
299 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués

De

Points

Points Policiers

Offres

" Jean-François Vilar a su restituer le choc des destins individuels
avec le fracas du monde. "
LE MONDE
Victor est furieux. De ses trois ans de détention à l'autre bout du monde, il ne veut rien dire. Il ne reconnaît plus Paris à l'heure où tombe le mur de Berlin, et se réfugie dans la lecture d'un journal intime rédigé en 1938. Entre surréalisme et révolution, entre Paris et Prague, ce roman noir inclassable, à l'écriture magnétique, se déploie sur les décombres de l'Histoire. La dernière aventure de son héros Victor Blainville est bien le chef-d'œuvre de Jean-François Vilar.
Avant de devenir écrivain, Jean-François Vilar (1948 – 2014) a été éducateur, puis journaliste. Il est l'auteur de nouvelles et de sept romans dont Les Exagérés (chez Points) et C'est toujours les autres qui meurent.
" Jean-François Vilar a su restituer le choc des destins individuels
avec le fracas du monde. "
LE MONDE
Victor est furieux. De ses trois ans de détention à l'autre bout du monde, il ne veut rien dire. Il ne reconnaît plus Paris à l'heure où tombe le mur de Berlin, et se réfugie dans la lecture d'un journal intime rédigé en 1938. Entre surréalisme et révolution, entre Paris et Prague, ce roman noir inclassable, à l'écriture magnétique, se déploie sur les décombres de l'Histoire. La dernière aventure de son héros Victor Blainville est bien le chef-d'œuvre de Jean-François Vilar.
Avant de devenir écrivain, Jean-François Vilar (1948 – 2014) a été éducateur, puis journaliste. Il est l'auteur de nouvelles et de sept romans dont Les Exagérés (chez Points) et C'est toujours les autres qui meurent.
" Jean-François Vilar a su restituer le choc des destins individuels
avec le fracas du monde. "
LE MONDE
Victor est furieux. De ses trois ans de détention à l'autre bout du monde, il ne veut rien dire. Il ne reconnaît plus Paris à l'heure où tombe le mur de Berlin, et se réfugie dans la lecture d'un journal intime rédigé en 1938. Entre surréalisme et révolution, entre Paris et Prague, ce roman noir inclassable, à l'écriture magnétique, se déploie sur les décombres de l'Histoire. La dernière aventure de son héros Victor Blainville est bien le chef-d'œuvre de Jean-François Vilar.
Avant de devenir écrivain, Jean-François Vilar (1948 – 2014) a été éducateur, puis journaliste. Il est l'auteur de nouvelles et de sept romans dont Les Exagérés (chez Points) et C'est toujours les autres qui meurent.
" Jean-François Vilar a su restituer le choc des destins individuels
avec le fracas du monde. "
LE MONDE
Victor est furieux. De ses trois ans de détention à l'autre bout du monde, il ne veut rien dire. Il ne reconnaît plus Paris à l'heure où tombe le mur de Berlin, et se réfugie dans la lecture d'un journal intime rédigé en 1938. Entre surréalisme et révolution, entre Paris et Prague, ce roman noir inclassable, à l'écriture magnétique, se déploie sur les décombres de l'Histoire. La dernière aventure de son héros Victor Blainville est bien le chef-d'œuvre de Jean-François Vilar.
Avant de devenir écrivain, Jean-François Vilar (1948 – 2014) a été éducateur, puis journaliste. Il est l'auteur de nouvelles et de sept romans dont Les Exagérés (chez Points) et C'est toujours les autres qui meurent.
" Jean-François Vilar a su restituer le choc des destins individuels
avec le fracas du monde. "
LE MONDE
Victor est furieux. De ses trois ans de détention à l'autre bout du monde, il ne veut rien dire. Il ne reconnaît plus Paris à l'heure où tombe le mur de Berlin, et se réfugie dans la lecture d'un journal intime rédigé en 1938. Entre surréalisme et révolution, entre Paris et Prague, ce roman noir inclassable, à l'écriture magnétique, se déploie sur les décombres de l'Histoire. La dernière aventure de son héros Victor Blainville est bien le chef-d'œuvre de Jean-François Vilar.
Avant de devenir écrivain, Jean-François Vilar (1948 – 2014) a été éducateur, puis journaliste. Il est l'auteur de nouvelles et de sept romans dont Les Exagérés (chez Points) et C'est toujours les autres qui meurent.
" Jean-François Vilar a su restituer le choc des destins individuels
avec le fracas du monde. "
LE MONDE
Victor est furieux. De ses trois ans de détention à l'autre bout du monde, il ne veut rien dire. Il ne reconnaît plus Paris à l'heure où tombe le mur de Berlin, et se réfugie dans la lecture d'un journal intime rédigé en 1938. Entre surréalisme et révolution, entre Paris et Prague, ce roman noir inclassable, à l'écriture magnétique, se déploie sur les décombres de l'Histoire. La dernière aventure de son héros Victor Blainville est bien le chef-d'œuvre de Jean-François Vilar.
Avant de devenir écrivain, Jean-François Vilar (1948 – 2014) a été éducateur, puis journaliste. Il est l'auteur de nouvelles et de sept romans dont Les Exagérés (chez Points) et C'est toujours les autres qui meurent.
" Jean-François Vilar a su restituer le choc des destins individuels
avec le fracas du monde. "
LE MONDE
Victor est furieux. De ses trois ans de détention à l'autre bout du monde, il ne veut rien dire. Il ne reconnaît plus Paris à l'heure où tombe le mur de Berlin, et se réfugie dans la lecture d'un journal intime rédigé en 1938. Entre surréalisme et révolution, entre Paris et Prague, ce roman noir inclassable, à l'écriture magnétique, se déploie sur les décombres de l'Histoire. La dernière aventure de son héros Victor Blainville est bien le chef-d'œuvre de Jean-François Vilar.
Avant de devenir écrivain, Jean-François Vilar (1948 – 2014) a été éducateur, puis journaliste. Il est l'auteur de nouvelles et de sept romans dont Les Exagérés (chez Points) et C'est toujours les autres qui meurent.
" Jean-François Vilar a su restituer le choc des destins individuels
avec le fracas du monde. "
LE MONDE
Victor est furieux. De ses trois ans de détention à l'autre bout du monde, il ne veut rien dire. Il ne reconnaît plus Paris à l'heure où tombe le mur de Berlin, et se réfugie dans la lecture d'un journal intime rédigé en 1938. Entre surréalisme et révolution, entre Paris et Prague, ce roman noir inclassable, à l'écriture magnétique, se déploie sur les décombres de l'Histoire. La dernière aventure de son héros Victor Blainville est bien le chef-d'œuvre de Jean-François Vilar.
Avant de devenir écrivain, Jean-François Vilar (1948 – 2014) a été éducateur, puis journaliste. Il est l'auteur de nouvelles et de sept romans dont Les Exagérés (chez Points) et C'est toujours les autres qui meurent.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jean-François Vilar